La géostatistique pour la modélisation de la qualité de l’air

Découvrez les principes fondamentaux et la valeur ajoutée de l’approche géostatistique pour répondre aux problématiques classiques de la surveillance de la qualité de l’air.

Objectif

La surveillance de la qualité de l’air est une préoccupation croissante dans la plupart des pays. Elle nécessite des méthodes efficaces pour la prédiction des niveaux de concentrations pollution dans l’air sur les zones non échantillonnées. Dans ce contexte, la géostatistique est régulièrement utilisée pour la cartographie de polluants (ozone, dioxyde d’azote, particules…) mais aussi pour l’optimisation de réseaux de mesures et pour l’estimation de l’exposition humaine à des dépassements de seuils réglementaires. Elle fournit également des méthodes pertinentes pour la modélisation de la qualité de l’air à différentes échelles (locale, urbaine, régionale, nationale…).

Caractéristiques

Ce séminaire vise à présenter les concepts fondamentaux de la géostatistique ainsi que sa valeur ajoutée sur des problématiques classiques de pollution de l’air. Les exposés méthodologiques seront illustrés grâce à des exemples pratiques issus de cas réels.

A qui s’adresse ce cours

Ce séminaire s’adresse à toute personne travaillant dans le domaine de la surveillance de la qualité de l’air et souhaitant une introduction pratique de la géostatistique pour l’analyse de données, l’interpolation et l’estimation des risques. Il ne nécessite pas de connaissance spécifique en géostatistique.

Contenu

Introduction

  • Quelle est la valeur ajoutée de la géostatistique par rapport à d’autres méthodes ? Intégration de la géostatistique dans le processus de surveillance de la qualité de l’air. Exemple introductif d’un projet typique en qualité de l’air.

Sujets abordés

  • L’outil de base de la géostatistique : caractérisation de la continuité spatiale du polluantl à l’aide du variogramme;
  • L’interpolation entre les données : la théorie et la pratique du krigeage. Quantification de l’incertitude d’interpolation par la variance de krigeage;
  • Géostatistique multivariable, co-krigeage et assimilation de données : raffinement de la carte de pollution à travers la prise en compte de variables auxiliaires (autres polluants corrélés, météorologie, MNT, occupation du sol, densité trafic, émissions industrielles, modèle physico-chimique);
  • Analyse de risque : calcul de probabilité de dépassement de seuil d’un polluant sur une période donnée (jour, semaine, année). Estimation de la population exposée à des concentrations dépassant les seuils réglementaires.

Discussion

Du temps sera consacré pour à la discussion autour discuter des projets des participants.